Projet en bref

Projet en bref Thézan-des-Corbières

À l’Est des départements de l’Aude et des Pyrénées-Orientales, TIGF, gestionnaire du réseau de transport de gaz naturel, envisage de créer, d’ici 2022, une canalisation gazière d’environ 120 km de long. Ce projet a été baptisé STEP, signifiant South Transit East Pyrenees.

STEP, projet européen, conçu en concertation et au bénéfice des territoires respectera les enjeux environnementaux, sociétaux et sécurité.

Cette canalisation relierait la station de compression existante de TIGF située à Barbaira (Aude) à la frontière espagnole, dans la partie la plus accessible des Pyrénées. Elle serait composée de tubes en acier d’un diamètre intérieur de 900 mm et serait enfouie à 1 m de profondeur.

En savoir plus :
> Les caractéristiques du projet

Pourquoi envisager la construction de cet ouvrage ?

STEP est un projet européen qui permettrait d’interconnecter les réseaux de transport de gaz naturel français et espagnols, répondant ainsi au souhait des gouvernements des deux pays et de l’Union européenne (exprimé dans la Déclaration de Madrid de 2015). TIGF étudie ainsi ce projet suite à la demande des autorités européennes.

STEP est considéré comme un « projet d’intérêt commun », ancré dans une perspective de sécurité, de solidarité énergétique et de construction d’un véritable marché européen de l’énergie. La liste des projets d’intérêt commun est mise à jour tous les 2 ans, STEP figure sur cette liste publiée par l’Union européenne et qui a elle-même fait l’objet d’une consultation publique au niveau européen au 2e trimestre 2017.

Des bénéfices pour les territoires

Cette interconnexion, représentant un investissement de 290 millions d’euros dans sa partie française, participerait ainsi à :

  • la sécurisation des approvisionnements de gaz naturel en diversifiant les sources d’approvisionnement de la France et de l’Espagne et en réduisant du même coup notre dépendance énergétique vis-à-vis de certains pays producteurs ;
  • la fluidité des échanges gaziers en estompant l’effet de frontière, ce qui rendrait notre marché gazier plus « grand » donc plus attractif pour les expéditeurs gaziers et contribuerait ainsi à réduire les coûts d’approvisionnement ;
  • la compétitivité des prix du gaz en favorisant la concurrence entre les différents fournisseurs de gaz de nature à entrainer une baisse des prix payés par le consommateur final.

STEP permettrait aussi de sécuriser, de renforcer et d’améliorer l’exploitation du réseau gazier régional de l’Aude et des Pyrénées-Orientales auquel sont déjà raccordées 119 communes.

Il offrirait enfin de nouvelles perspectives de raccordement aux producteurs locaux de biométhane, une source d’énergie renouvelable qui participe à la transition énergétique régionale et pourrait contribuer à l’amélioration de la desserte numérique des territoires traversés.

L’ensemble des projets d’infrastructures ont montré des retombées économiques entre 15 et 20% du montant total de leurs investissements.

En savoir plus :
Les engagements de TIGF

Expérience et expertise

Dans les Pyrénées-Orientales et l’Aude, TIGF a développé le réseau gazier régional en deux phases successives :

  • dès 1974, la liaison Montréal-Perpignan (aussi appelée « antenne de Perpignan ») a permis le raccordement au gaz naturel de plusieurs communes de l’Aude et des Pyrénées-Orientales, dont celles situées dans les agglomérations de Perpignan et de Narbonne.
  • en 1994, le prolongement de l’antenne de Perpignan, entre Cabestany et Amélie-les-Bains, a répondu aux besoins de l’industrie, tout en facilitant le raccordement de nouvelles communes au gaz naturel.

En savoir plus

STEP EN 8 POINTS

  • Une canalisation
    • invisible
    • et sécurisée,
    • qui n’aurait que très peu d’impact sur l’environnement,
    • qui permettrait d’acheminer et de stocker une énergie de plus en plus « verte ».
  • Un projet
    • qui renforcerait notre indépendance énergétique,
    • qui profiterait à tous les territoires concernés,
    • au bénéfice direct des entreprises et des particuliers,
    • sans impact significatif sur la facture des consommateurs.